Évènements mémorables

Les fortes pluies que l’on observe aux Antilles sont généralement liées aux cyclones [*], aux ondes tropicales ou à la proximité de la zone intertropicale de convergence (ZIC ou ZCIT) entre juin et novembre. Mais il existe des amas orageux qui peuvent se développer à n’importe quelle période de l’année et donner des intensités remarquables selon leur durée. On les rencontre surtout aux intersaisons, en mai ou novembre, décembre.

A noter que les pluies s’intensifient facilement sur le relief très découpé de la Basse Terre en Guadeloupe et de la moitié nord en Martinique où les sommets atteignent vite plus de 1000m avec des pentes abruptes.
Les quantités d’eau apportées par les cyclones varient en fonction de facteurs tels que :

  • l’importance des masses nuageuses du système (potentiel précipitant intrinsèque du phénomène),
  • la vitesse de déplacement (une dépression tropicale s’attardant à proximité peut parfois donner plus de pluie qu’un ouragan passant rapidement),
  • la trajectoire et la répartition des pluies dans les différents cadrans du cyclone.

Ces pluies torrentielles peuvent provoquer des crues éclairs (réponse des rivières entre 15 minutes et 2 heures), des inondations, des coulées de boue et glissements de terrains.

Le tableau ci-dessous recense les phénomènes pluvieux remarquables ayant touché les Antilles françaises depuis 1965. Mais un travail de recherche est en cours pour rajouter les épisodes hors cyclones. (Cliquer sur chaque nom pour plus de détails).

La lame d’eau moyenne correspond à la lame d’eau quotidienne maximale moyennée spatialement sur le territoire le plus touché par l’événement (Martinique, Guadeloupe ou les Iles du Nord).


  Nom     Phénomène     Zones touchées     Date   Lame d'eau moyenne
  2015     Episode pluvio-orageux    Martinique     2015-11-06     117 mm  
  2012 Rafael     Tempête tropicale    Martinique    Guadeloupe    IlesduNord     2012-10-12     139 mm  
  2011 Emily     Tempête tropicale    Martinique     2011-08-01     111 mm  
  2011     Episode pluvio-orageux    Guadeloupe     2011-01-03     92 mm  
  2010 Tomas     Ouragan    Martinique     2010-10-30     127 mm  
  2010 Earl     Ouragan    Guadeloupe    IlesduNord     2010-08-30     74 mm  
  2009     Episode pluvio-orageux    Martinique     2009-05-04     137 mm  
  2007 Dean     Ouragan    Martinique    Guadeloupe     2007-08-17     130 mm  
  1999 Lenny     Ouragan    Martinique    Guadeloupe    IlesduNord     1999-11-18     296 mm  
  1999 Jose     Ouragan    Guadeloupe    IlesduNord     1999-10-21     263 mm  
  1996 Hortense     Tempête tropicale    Martinique    Guadeloupe     1996-09-07     78 mm  
  1995 Luis     Ouragan    Martinique    Guadeloupe     1995-09-04     110 mm  
  1995 Iris     Tempête tropicale    Martinique    Guadeloupe     1995-08-27     172 mm  
  1995 Marilyn     Ouragan    Martinique    Guadeloupe     1995-09-14     188 mm  
  1994 Debby     Tempête tropicale    Martinique     1994-09-09     96 mm  
  1993 Cindy     Tempête tropicale    Martinique    Guadeloupe     1993-08-15     111 mm  
  1990 Klaus     Ouragan    Martinique    Guadeloupe     1990-10-03     152 mm  
  1989 Hugo     Ouragan    Guadeloupe     1989-09-17     156 mm  
  1980 Allen     Ouragan    Martinique     1980-08-03     153 mm  
  1979 David     Ouragan    Martinique    Guadeloupe     1979-08-29     173 mm  
  1970 Dorothy     Tempête tropicale    Martinique     1970-08-21     160 mm  
  1967 Beulah     Tempête tropicale    Martinique     1967-09-07     195 mm  



[*Dans le bassin Atlantique nord tropical, Caraïbe et golfe du Mexique, le terme « cyclone » désigne toute perturbation météorologique présentant un centre dépressionnaire en surface autour duquel s’enroulent les vents, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. On parle de Dépression Tropicale si le vent moyen est inférieur à 60km/h, de Tempête Tropicale entre 60 et 120km/h et d’Ouragan au delà (valeurs arrondies). La dénomination attribuée dans le tableau correspond au moment où le cyclone est passé sur les Antilles françaises. Il n’est pas rare que le phénomène se soit intensifié par la suite.