1989 Hugo

Du 11 au 22 septembre 1989

Chronologie

L’onde qui se forme au large du Sénégal passe au stade de dépression tropicale le 11 septembre. Cette dépression continue à se creuser et devient tempête tropicale le 11 septembre vers 18 heures : elle est alors baptisée HUGO. Cette tempête poursuit sa route vers l’ouest tout en continuant à se renforcer.

Le 13 septembre à 18h, HUGO est classé ouragan alors qu’il se situe à 1750 km à l’est des Petites Antilles. Il atteint même, le 15 septembre, la catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui comporte 5 degrés.

Le 17 septembre, l’œil de l’ouragan aborde la Désirade, Marie-Galante, puis la Grande-Terre en Guadeloupe. Les dégâts sont alors considérables sur l’archipel guadeloupéen. La Martinique, quant à elle, est relativement épargnée et souffre surtout de la forte houle et de quelques rafales de vents.

Le cyclone continue sa route vers l’ouest-nord-ouest tout en gardant la même intensité. Après avoir dévasté Montserrat, balayé Antigua, Saint-Christophe et Nevis, il traverse Porto-Rico.

A partir du 18 septembre, HUGO infléchit sa course vers le nord et aborde les côtes de Caroline du Sud, le 22 septembre : il dévaste Charleston puis faiblit très rapidement en pénétrant sur les Etats-Unis pour retomber au stade de tempête tropicale et finalement mourir.

Trajectoire du cyclone tropical Hugo


 

Image satellite visible du 17 septembre 1989 à 14h. Source : NOAA
En Guadeloupe

Du 17 au 18 septembre 1989

Les enroulements nuageux provoquent d’abord de faibles averses dans la journée du 16 septembre, puis les fortes pluies directement liées à HUGO débutent le 17 vers 21 heures pour ne s’interrompre que le lendemain matin vers 8 heures en Grande-Terre et 10 heures en Basse-Terre. De grosses averses subsistent encore sur le relief, la nuit suivante.

La pluviométrie pour la journée du 17 septembre s’échelonne entre 150 et 300 mm en Grande-Terre ; en Basse-Terre, un peu moins de 100 mm sur l’étroite bande littorale au sud, jusqu’à plus de 300 mm sur le relief.
Mais des intensités exceptionnelles en une heure sont mesurées : 93 mm à Gardel Retenue et 66 mm à Campêche.

Une rafale de 188 km/h est enregistrée au Raizet, le 17 septembre, avant que le capteur ne casse sous la force du vent (l’œil n’étant pas encore passé). Il est donc probable que les très fortes rafales, généralement observées à proximité du centre de l’ouragan, auraient pu atteindre 325 km/h au passage de l’œil.

HUGO fait une dizaine de morts en Guadeloupe et 35000 sinistrés.
 

 

 

 

Cliquez sur les cartes pour télécharger des documents complets au format pdf Acrobat Reader ®

 

Trajectoire de l’ouragan Hugo sur les Petites Antilles
En Martinique

Le 16 et 17 septembre 1989
 

La Martinique est relativement épargnée par le passage de HUGO. Du fait de la trajectoire ouest-nord-ouest, les vents de tempête effleurent le nord de la Martinique en n’occasionnant que des dégâts aux plantations de bananiers vers Macouba. La pointe maximale de vent est observée à la Caravelle, le 17 septembre à 9h30 : 97 km/h.

 

Les pluies restent modérées, le plus souvent de l’ordre de 60 à 80 mm en 24 heures avec un maximum de 144 mm observé au poste de la Médaille au nord de Fort-de-France. Mais elles provoquent quelques éboulements.
 

Le 16 septembre, la mer est très forte sur la côte atlantique en raison de la marée de tempête. Dans la nuit du 16 au 17, la mer devient grosse dans le canal de la Dominique avec des creux de 6 mètres. Enfin dimanche, la houle d’ouest déferle sur le littoral caraïbe, érodant les plages et happant des cocotiers. Une partie de la ville de Fort-de-France est inondée en bord de mer et les embarcadères du boulevard Alfassa sont sérieusement endommagés.

 

Cliquez sur la carte pour télécharger un document complet au format pdf Acrobat Reader ®