1995 Marilyn

Du 12 au 22 septembre 1995

 

Chronologie


Trajectoire de l’ouragan Marilyn

Dès la nuit du 11 au 12 septembre, il paraît évident qu’une organisation tourbillonnaire s’effectue au sein d’un amas nuageux se rapprochant des Petites Antilles. Il faut pourtant attendre le 12 en soirée pour que le NHC (National Hurricane Center) de Miami nomme cette dépression en tempête tropicale MARILYN. Ensuite, en l’espace de 24 heures, elle atteint le stade d’ouragan. Le 13, MARILYN menace alors l’île de Barbade qu’elle évite par le nord. Puis elle remonte vers le nord-ouest, (au mépris des prévisions de trajectoire plus que médiocres en provenance du NHC qui la faisait continuer vers l’ouest). L’ouragan longe la Martinique et la Dominique, avant de toucher directement les Saintes et la Basse-Terre de Guadeloupe, le 14 en soirée. Avec ses vents supérieurs à 120 km/h, voire 130 km/h et surtout ses pluies diluviennes (400 à 600 mm en 12 heures sur une partie du relief de la Basse-Terre), cet ouragan de classe 1 provoque beaucoup de dégâts. MARILYN s’intensifie encore en s’éloignant en direction des Iles Vierges. Les plus occidentales de ces îles et l’est de Porto Rico sont dévastées dans la nuit du 15 au 16, par un ouragan de classe 3 qui laisse de nombreuses victimes. Puis, remontant vers le nord, il passe à plus de 400 km à l’ouest des Bermudes avant de finir sa vie tropicale vers 39° Nord et 57° Ouest.

(classe 3 : pression minimale 949 hPa, vent maxi moyenné 185km/h le 16)

 

En Guadeloupe

Du 14 au 15 septembre 1995

 

Source : France-Antilles

L’archipel des Saintes et la région de la Basse-Terre, entre Trois-Rivière et Bouillante, subissent pendant plusieurs heures les effets directs et sévères du cyclone. Son centre passe à 20 km dans l’ouest des Saintes, en début de soirée du 14. Au plus fort du phénomène (de classe 1), les vents soufflent à 120 ou 130 km/h en moyenne et à plus de 150 km/h en rafale. La grosse mer levée par le cyclone en première partie de nuit affecte particulièrement Marie-Galante, les Saintes et le littoral de Capesterre-Belle-Eau à Baie-Mahault (au niveau de la zone économique de Jarry). On estime de 4 à 6 m la hauteur moyenne des vagues à la côte. La houle de secteur sud touche également la côte caraïbe de la Basse-Terre, déjà durement éprouvée par le passage de LUIS quelques jours plus tôt. Les communes à proximité de Basse-Terre mesurent des intensités exceptionnelles de pluie : 400 mm en 10 heures à Saint-Claude. Pour comparaison, il tombe en moyenne 277 mm en septembre sur le bourg. Enfin, n’oublions pas que ces pluies surviennent seulement 8 jours après celle de l’ouragan LUIS, sur des sols forcément bien gorgés d’eau. D’où, les débordements, inondations brutales et autres glissements de terrain et coulées de boue qui touchent durement la population.

 

Cliquez sur les cartes pour télécharger des documents complets au format pdf Acrobat Reader ®

 

 

En Martinique

Le 14 septembre 1995
 

Trajectoire de l’ouragan Marilyn sur les Petites Antilles

Du fait de sa forte dissymétrie et du passage au nord de la Martinique, MARILYN se manifeste essentiellement par des vents forts sur le côté atlantique de l’île le 14 septembre 1995, tandis que les pluies et la houle sont moins importantes que celles liées à LUIS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

Cliquez sur la carte pour télécharger un document complet au format pdf Acrobat Reader ®

 

Accès aux cartes de l'épisode (avec un minimum de 200 mm):

Episode de 2 jours du 14 SEPTEMBRE 1995 au 15 SEPTEMBRE 1995
Pluies en 1 jour : 14 SEPTEMBRE 1995