Pluviométrie annuelle élevée

Les graphiques ci-dessous permettent de comparer les régimes pluviométriques de 5 secteurs avec une pluviométrie annuelle élevée.
En effet si la quantité moyenne annuelle de pluie y est partout supérieure à 1200 voire 2000 mm, la répartition saisonnière de ces pluies y est cependant tout à fait différente :

Les 5 stations sélectionnées sont :
- Château-Chinon (Nièvre), Quimper (Finistère), Sewen (Haut-Rhin), Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) et Mont-Aigoual (Gard).


Château-Chinon :
1303 mm
en 148 j >= 1 mm / an
La station de Château-Chinon est très représentative du climat océanique altéré, avec un important effet orographique.
Située sur le versant nord-ouest du Morvan, à 600 mètres d’altitude, les pluies sont soutenues tout au long de l’année, malgré un léger répit en juillet et en août. Les perturbations atlantiques, et celles qui descendent du nord de l’Europe se réactivent sensiblement sur ces premiers reliefs conséquents qu’elles rencontrent sur leur trajet.
Cette région du Morvan, qui alimente le bassin de l’Yonne, joue un rôle important dans les niveaux des crues de la Seine à Paris.

Sewen-Lac Alfed :
2401 mm
en 159 j >= 1 mm / an
La station de Sewen, située dans les hautes Vosges cristallines, subit trois grandes tendances climatiques : influence océanique encore bien présente malgré son éloignement de la mer, influence continentale et effet orographique important.
Ainsi, les perturbations atlantiques déversent ici des quantités de pluie ou de neige conséquentes durant l’automne et l’hiver. L’effet de relief s’exprime fortement, le massif des Vosges constituant une véritable barrière orientée nord-sud.
Les cumuls quotidiens dépassent fréquemment le seuil des 100 mm, à la suite de pluies durables et intenses, et les épisodes pluvieux se révèlent parfois très persistants. Le caractère continental assure par ailleurs une forte activité orageuse de mai à septembre, qui explique une pluviométrie mensuelle moyenne encore voisine de 100 mm durant cette période.

Quimper:1250 mm
en 151 j >= 1 mm / an
Caractère typique du climat océanique, les quantités de pluie observées à Quimper, au cœur de la Bretagne, sont très inégalement réparties au cours de l’année.
Ainsi d’octobre à mars, il tombe environ 65% du total annuel. Les cumuls mensuels de décembre et janvier atteignent le triple de ceux des mois d’été, et peuvent être à l’origine de sévères inondations.
Nombreux jours de pluie d’octobre à mars, durée importante des précipitations et faiblesse de l’activité orageuse constituent quelques aspects complémentaires du régime pluviométrique de cette région du Finistère.

Biarritz:1451 mm
en 140 j >= 1 mm / an
Avec 1450 mm de précipitations moyennes par an, Biarritz se distingue par une pluviosité importante assez régulière sur l’ensemble de l’année avec un minimum en juillet et un maximum en novembre.
Le nombre de jours de pluie supérieure à 1 mm est élevé : 140 jours par an (contre 124 à Bordeaux et 114 à La Rochelle).

Mont-Aigoual:1932 mm
en 126 j >= 1 mm / an
Au mont Aigoual, à 1567 m d’altitude sur l’arc cévenol, les précipitations ont un régime méditerranéen (sécheresse estivale et fortes pluies automnales) avec des quantités beaucoup plus importantes (plus de 2 mètres d’eau par an et des records en 24 heures dépassant 500 mm comme le 30 octobre 1963 ou le 25 février 1964).