Pluviométrie annuelle moyenne

Les graphiques ci-dessous permettent de comparer les régimes pluviométriques de 6 secteurs avec une pluviométrie annuelle moyenne.
En effet si la quantité moyenne annuelle de pluie y est partout voisine de 800 mm, la répartition saisonnière de ces pluies y est cependant tout à fait différente :

Les 6 stations sélectionnées sont :
- Rouen (Seine-Maritime), Langres (Haute-Marne), Nancy (Meurthe-et-Moselle), Poitiers (Vienne), Lyon (Rhône) et Nîmes (Gard).


Rouen : 852 mm
en 134 j >= 1 mm / an
La ville de Rouen est soumise à un climat tempéré océanique.
Les précipitations sont significatives en toute saison, bien qu’un peu plus prononcées (en quantité et durée) en automne et en début d’hiver.

Langres : 896 mm
en 132 j >= 1 mm / an
La région de Langres, située sur les plateaux bordant l’est de la cuvette du bassin Parisien est soumise à un climat océanique très altéré, avec des influences continentales sensibles.
Les précipitations, soutenues, se répartissent régulièrement tout au long de l’année, avec une période un peu plus sèche en début de printemps.
Les orages assez fréquents qui ponctuent la fin du printemps assurent une pluviométrie à peine inférieure à celles de l’automne et de l’hiver, caractérisés par une forte humidité. Il pleut néanmoins moins souvent en été.

Nancy : 775 mm
en 124 j >= 1 mm / an
Nancy est fortement soumis aux influences continentales. La période hivernale, très froide, reste modérément arrosée. Avec la multiplication des pluies convectives à partir du mois de mai, le niveau des précipitations se renforce nettement et ne s’atténue que très peu en cours d’été. L’automne reste bien arrosé.

Poitiers : 686 mm
en 109 j >= 1 mm / an
À Poitiers, les pluies se répartissent régulièrement tout au long de l’année.

Lyon : 832 mm
en 104 j >= 1 mm / an
Les pluies sont minimales en hiver et se produisent surtout en mai et à l’automne.

Nîmes : 763 mm
en 64 j >= 1 mm / an
À Nîmes, le régime pluviométrique est typiquement méditerranéen avec une saison très sèche l’été et une reprise des fortes pluies à l’automne.
Ces pluies peuvent être violentes et déverser en un jour plus de 2 fois la normale d’un mois, avec des conséquences quelquefois catastrophiques comme ce fut le cas le 3 octobre 1988.