Régimes pluviométriques

Une première approche des régimes pluviométriques peut être faite grâce aux cartes obtenues à l’aide de la méthode de spatialisation AURELHY, à partir de séries de données pluviométriques homogènes sur la période 1981-2010 (pour plus d’information cliquer sur les cartes ci-dessous) :

- des cumuls pluviométriques annuels moyens mettant en évidence les régions les moins et les plus pluvieuses :

L’éventail des précipitations annuelles moyennes est très large, puisqu’il va de moins de 600 mm dans la moitié est de l’Eure-et-Loir, le delta du Rhône et la vallée de l’Aude, à plus de 2000 mm sur les monts du Cantal, au mont Aigoual et en Chartreuse. Les précipitations restent inférieures à 800 mm sur l’ensemble du Bassin parisien. La pluviométrie est plus élevée le long des côtes de la Manche de Boulogne-sur-Mer à la Bretagne où elle dépasse partout 800 mm (sauf dans l’est du Cotentin et la Côte d’Emeraude, allant de la pointe du Roc à St-Brieuc). L’augmentation des précipitations sur le relief faisant face à l’océan (collines de Normandie et massif Armoricain) est considérable eu égard à l’augmentation correspondante d’altitude, les précipitations y dépassant 1200 mm. L’Anjou et la Touraine ont une pluviométrie qui reste comprise entre 600 et 700 mm. Dans le Poitou la pluviométrie dépasse 800 mm à l’ouest de Poitiers et jusqu’aux Charentes.

Dans le Nord-Est on observe successivement, d’ouest en est, une pluviométrie allant de 800 à 1100 mm sur la Meuse et la Haute-Marne, de 700 à 800 mm dans le bassin de la Moselle, puis un renforcement allant de 1000 à 1200 sur le versant ouest du massif vosgien, enfin de 500 à 700 mm en Alsace, avec un minimum centré sur la ville de Colmar.

Dans le Sud-Ouest, on observe un gradient de précipitations selon un axe sud-ouest - nord-est. Les précipitations atteignent 1500 mm au Pays Basque puis vont en diminuant jusqu’à la vallée de la Garonne où elles sont comprises entre 700 et 800 mm. Elles restent supérieures à 900 mm le long des côtes de l’Aquitaine.

En Bourgogne, les précipitations sont inférieures à 800 mm sur l’est de la Côte-d’Or et le long de la vallée de la Saône. Elles dépassent sur le Morvan 1200 mm. En Franche-Comté, les précipitations se renforcent sur les contreforts du Jura.

Dans le Sud-Est, la pluviométrie annuelle moyenne varie de moins de 600 mm dans le delta du Rhône à plus de 800 mm sur la Côte-d’Azur. Elle descend localement à moins de 500 mm dans la basse vallée de l’Aude.

Enfin sur la Corse, les précipitations dépassent 1000 mm sur le centre de l’île et la Castagniccia et atteignent plus de 1500 mm sur le relief. Elles sont inférieures à 800 mm sur le reste de l’île.


- du nombre moyen annuel de jours avec des pluies >= 1 mm permettant de repérer les régions le plus souvent arrosées :

Cette carte est beaucoup plus contrastée que la carte des hauteurs annuelles de précipitations.

Les régions méditerranéennes se distinguent nettement avec un nombre de jours de pluies très faible, généralement moins de 90 jours en moyenne par an (soit moins de 1 jour sur 4). Sur le littoral, cette moyenne chute à moins de 60 - 1 jour sur 6 - (Perpignan, Montpellier, Marseille).

En revanche sur le reste de l’Hexagone, le nombre moyen de jours de pluie dépasse le plus souvent 120 (Lille, Caen, Bordeaux, Limoges, Nancy, ...), voire 140 à 150 sur les départements bordant la Manche (Brest), sur l’Aquitaine (Biarritz), et sur le Nord-Est (Besançon).

On remarque quelques régions abritées sous le vent des reliefs : les plaines de la Limagne, du Forez et d’Alsace avec de 90 à 100 jours de pluie (Clermont-Ferrand, Saint-Etienne ou Colmar).