Pluviométrie

Une première approche de la pluviométrie peut être faite grâce aux cartes :

- Les cumuls pluviométriques annuels moyens montrent une grande dissymétrie entre l’Est et l’Ouest de La Réunion.

Cliquez sur la carte pour la télécharger au format pdf Acrobat Reader ®

Dans l’Ouest, les précipitations sont peu abondantes. En revanche, plus on se décale vers l’est, plus les cumuls de pluie augmentent, jusqu’à atteindre des valeurs dépassant 10 mètres par an, ce qui est exceptionnel au niveau mondial.

Les hauts reliefs de l’île, massifs du Piton des Neiges et du Piton de la Fournaise, sont la cause de cette dissymétrie Est/Ouest. Qu’elles soient d’origine advective ou d’évolution diurne, les précipitations tendent à se concentrer sur les régions « au vent ». À l’inverse, les régions « sous le vent », qui bénéficient de l’abri du relief, sont beaucoup plus sèches et les régimes de brise y sont prédominants. Pour un secteur donné, quand on s’élève du littoral au sommet de l’île, les foyers de précipitations les plus intenses se rencontrent aux altitudes intermédiaires, entre 1000 et 2000 m.

- Le nombre moyen annuel de jours avec des pluies >= 1 mm permet de repérer les régions les plus souvent arrosées.

Cliquez sur la carte pour la télécharger au format pdf Acrobat Reader ®

Le littoral ouest se distingue nettement avec un nombre très faible de jours avec pluie, généralement moins de 60 par an (soit moins de 1 sur 6). En revanche sur le reste de l’île, le nombre moyen de jours avec pluie dépasse le plus souvent 100, jusqu’à atteindre 280 sur les Hauts de Sainte-Rose.

Si l’on s’intéresse aux jours très pluvieux (avec des cumuls >= 50 mm), la façade est de l’île en connaît 10 à 20 en moyenne dans l’année (et jusqu’à 67 aux Hauts de Sainte-Rose), pour seulement 2 à 3 sur le littoral ouest.

- En résumé :
- Sur l’Ouest, la bande littorale qui s’étend de la Possession à Saint-Pierre est la région la plus sèche de l’île toute l’année. Les précipitations s’y produisent essentiellement en saison des pluies et sont d’autre part très tributaires des évènements cycloniques qui n’interviennent pas forcément tous les ans. La région qui regroupe les hauts de l’Ouest, les cirques de Mafate et de Cilaos, ainsi que la Plaine-des-Cafres est également très sèche de mai à octobre, mais elle bénéficie de précipitations nettement plus abondantes en saison des pluies.

- Sur l’Est, les distinctions sont plus nombreuses. À la périphérie de l’île, la région de Sainte-Rose est de loin la plus arrosée. Les précipitations y sont abondantes toute l’année et il y pleut parfois autant en hiver qu’en été. Dans la région Nord-Est, allant de Sainte-Marie à Saint-Benoît, et la région Sud, aux alentours de Saint-Joseph, les quantités annuelles sont moindres, mais la sècheresse hivernale reste peu marquée. Les variations sont beaucoup plus significatives sur les régions centrales comprenant les hauts du Nord et le cirque de Salazie, mais surtout la Plaine-des-Palmistes et le volcan où le mois de février est jusqu’à dix fois plus arrosé que le mois d’octobre.