Évènements mémorables


Avant-propos : La plupart des épisodes pluvieux mémorables en Nouvelle-Calédonie a pour origine le passage d’une dépression ou d’un cyclone tropical. Or, ces phénomènes sont accompagnés de vents violents qui perturbent de manière importante la mesure de la pluie par les pluviomètres. Plus le vent est fort, plus le défaut de captation par le pluviomètre est important, et plus le cumul mesuré in fine est sous-estimé. Il est difficile d’évaluer la sous-estimation provoquée par le vent : elle est de l’ordre de 10 % pour des vents de 10 m/s (environ 20 kt). Les mesures présentées ci-après issues des pluviomètres du réseau de Météo-France ne tiennent pas compte de cette sous-estimation.


Les évènements de précipitations mémorables répertoriés dans cette rubrique ont été sélectionnés selon les 3 critères suivants :

  • Le volume total d’eau précipitée* ;
  • La quantité maximale de précipitations mesurée (par un pluviomètre) en une journée ;
  • Le nombre de jours de l’épisode.

*Pour des précisions sur la méthode de calcul du volume total d’eau précipitée, se rendre à la rubrique Méthodes > Cartographie.


Le graphique ci-dessous présente les épisodes de pluies les plus remarquables recensés entre le 01/01/1961 et le 31/12/2018 en Nouvelle-Calédonie. Ces épisodes ont généré les volumes totaux d’eau précipitée et/ou les cumuls maximums de pluie en une journée les plus importants. Chaque cercle représente un épisode. La taille du cercle varie en fonction du nombre de jours de l’épisode.

  • Plus le cercle est grand, plus la durée de l’épisode est grande.
  • Plus le cercle se situe à droite sur le graphique, plus le cumul maximum en une journée est élevé.
  • Plus le cercle se situe haut sur le graphique, plus le volume total d’eau précipitée est important.


Episodes pluvieux les plus intenses qui se sont produits entre 1961 et 2018 en Nouvelle-Calédonie.


10 740 millions de mètres cube

C’est le volume total d’eau précipitée lors du passage de la dépression tropicale non nommée au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie entre le 21 et le 24 janvier 1990. Les régions les plus touchées furent Bourail et ses environs ainsi que Moindou. Les cumuls de pluie enregistrés dans ces zones sont exceptionnels et de durée de retour supérieure à 100 ans.


286 mm

Il s’agit de la plus importante lame d’eau moyenne jamais relevée en Nouvelle-Calédonie depuis 1961. C’était au passage du cyclone tropical ANNE le 12 janvier 1988.


586 mm

C’est le cumul de pluie en une journée le plus élevé enregistré en Nouvelle-Calédonie entre 1961 et 2018. Cette quantité de pluie a été mesurée par le pluviomètre de Ouenarou (Yaté) le 24 décembre 1981 lors du passage du cyclone tropical GYAN.


9 jours

C’est la durée de l’épisode de pluie le plus long en Nouvelle-Calédonie. Il correspond au passage des dépressions tropicales DANY et GLENDA entre le 28 mars et le 5 avril 1967.



Tableau de synthèse de quelques évènements mémorables


Nom Phénomène Zones touchées Date Cumul maximum en 24H
1996 - BETI Cyclone tropical Côte Est
Chaîne
25 au 27 mars 1996 556 mm (station Méa, commune de Kouaoua)
1992 - ESAU Cyclone tropical nord et centre de la Grande-Terre
4 mars 1992 528 mm (station Kopéto, commune de Koné)
1990 - Pluies centennales
sur Bourail et ses alentours
Dépression tropicale centre de la Grande-Terre
21 au 24 janvier 1990 582 mm à la station Bourail (commune de Bourail)
1988 - ANNE Cyclone tropical Côte Est
11 au 13 janvier 1988 519 mm (station Thio P., commune de Thio)
1981 - GYAN Cyclone tropical Grande-Terre
Ile des Pins
Maré
22 au 26 décembre 1981 586 mm (station Ouenarou, commune de Yaté)
1967 - DANY et GLENDA Cyclone tropical Iles Loyauté
Côte Est
Ile des Pins
28 mars au 5 avril 1967 461 mm (station Tiwaka, commune de Touho)