Cartographie


Toutes les journées où une valeur pluviométrique supérieure à 160 mm a été relevée (entre 5 heures le jour J et 5 heures le jour J+1) sur un point de mesure ont été cartographiées. Cela représente près de 600 cartes.

Ensuite les épisodes ayant apporté plus de 100 mm en 2 jours ou plus (n jours consécutifs) sur un point quelconque des îles, contigus avec une journée à 160 mm ont été cartographiés, ce qui ajoute encore plus de 250 cartes.

L’épisode le plus long selon ces critères atteint 9 jours.
Le tableau ci-dessous explicite cet épisode en présentant le maximum des pluies recueillies chaque jour pendant 9 jours consécutifs du 28 mars au 5 avril 1967.

Jour (du 28 mars au 5 avril 1967) 28 29 30 31 1 2 3 4 5
Précipitation maximale sur l’île du jour (mm) 253 461 217 364 252 216 179 143 266



Méthode de cartographie - Présentation des cartes



image

La méthode d’interpolation retenue pour la cartographie automatique est celle dite ’de courbure minimale’ proposée par le logiciel G.M.T. (Generic Mapping Tools). Elle se justifie par le fait que seuls les noyaux les plus forts ont un intérêt, les valeurs réelles étant garanties par le pointage direct sur les cartes.

Les cartes sont disponibles au format PDF et éditables par le logiciel Acrobat Reader. Des zooms sur les zones les plus touchées permettent d’accéder à l’affichage des 5 valeurs les plus fortes enregistrées sur chacune des zones climatiques. Cliquer sur la carte ci-contre pour visualiser l’épisode du 28 mars au 5 avril 1967 (au format pdf Acrobat Reader ®).

En bas de chaque carte figurent la lame d’eau moyenne enregistrée sur l’île ainsi que le volume d’eau précipité.

  • La lame d’eau moyenne, exprimée en mm, est calculée en moyennant l’ensemble des pixels issus du krigeage des précipitations par G.M.T. sur les 18478 points de grille à maille 1 km des iles de Nouvelle-Calédonie.
  • Le volume d’eau précipité est calculé en sommant la valeur de chacun des 18478 pixels. Il est exprimé en millions de mètres cube : 1 mm de pluie correspondant à 1 litre d’eau par mètre carré, une lame d’eau de 200 mm touchant une surface de 10 km2 représente ainsi un volume de 20 millions de m3.

Ainsi lors de la séquence citée ci-dessus, l’épisode a déversé en 9 jours sur la Nouvelle-Calédonie une quantité d’eau moyenne de 581 litres d’eau par mètre carré (ou mm) et un volume de 10 740 millions de m3.